KO MUK

(du 30 juillet au 2 août)

Dernière île dans le golfe d’Andaman et vrai coup de cœur. Cette petite île un peu à l’écart des circuits touristiques (surtout en basse saison) est habitée par 1500 Thaïlandais vivant essentiellement de la pêche. La traversée en bateau en provenance de ko Lanta a duré une heure et demie. C’est parfois un peu long une heure et demie, surtout dans une mer un peu formée et sur un petit bateau en bois (on dit cela pour les parents, les enfants avaient le nez sur les jeux de carte, leur smartphone et liseuse).

Le pilote nous dépose devant l’hôtel ! Quel luxe ! Nous sommes accueillis par la famille qui gère l’hôtel (les parents et les deux filles). Ils seront adorables tout au long du séjour et plein de bons conseils. Le complexe contient 29 bungalows, une grande piscine et un grand restaurant, tout ceci au bord de la mer. Si c’est pas le paradis, cela y ressemble ! La patronne DADA, est réputée pour sa cuisine. Elle a d’ailleurs participé à une émission française, échappées belles il y a quelques années. Nous passons notre première journée à nous délasser dans la piscine et à visiter le village, avec, profitant de la marée basse, un retour par l’estran . Nous nous rapprochons des pécheurs à pied qui ramassent coques, coquillages et crustacés… Les coquillages sont énormes et les étoiles de mer innombrables.

Jour 2 : Ce matin, direction la plus belle plage de Ko Muk. Il faut traverser toute l’île… mais c’est sans compter sur la gentillesse des deux filles de la gérante qui nous proposent de nous emmener en scooter ! Nous nous retrouvons seuls sur cette magnifique plage. Célian, Lubin et Angèle construisent un enclos pour bernard-l’hermite. Axel construit un totem avec 2, 3 bambous et des bouts de cordes ramassés sur la plage. En effet celle-ci comme souvent en Thaïlande est jonchée de déchets🚯( plus d’informations dans un prochain article).

Après avoir ramassé assez de noix de coco, comme promis, Dada nous explique comment casser une noix de coco pour récolter , par la suite, le jus et en faire du lait. C’est super intéressant !

En même temps elle fait cuire le mélange du jus et de la chair de coco dans une grande poêle qu’elle va incorporer dans la recette du fameux Massaman curry! Puis on a la chance d’assister à la préparation de nos 6 plats de ce soir dans la petite cuisine du restaurant. Nous dégustons le précieux avec plaisir!

Jour 3: La pluie ! La bonne pluie de mousson qui ne s’arrête jamais ! En deux semaines c’est la première fois que nous sommes bloqués à cause de la mousson. Nous devions aller explorer une grotte, le pêcheur est d’ailleurs déjà arrivé, mais il repartira quelques heures plus tard constatant que le ciel ne se dégagera pas aujourd’hui. Mais DADA est pleine de ressource et elle va nous trouver des sujets d’occupation ! Voilà le résumé de notre journée👇👇

Notre matinée

Dada nous propose de cuisiner des desserts locaux à base de coco et de farine de riz. Nous acceptons avec plaisir. Pendant que nous confectionnons des petites boules de gâteau, papa et maman partent se faire masser par une amie de dada!

Voici la recette des fameuses pâtisseries 100% Ko Muk pour faire voyager vos papilles avec nous.

  • Ingrédients: noix de coco râpée, sucre de coco, jus de coco, farine de riz, eau, sel.
  • Mélanger la farine, le sel avec un peu d’eau.
  • Pétrir la pâte.
  • Placer le morceau de sucre à l’intérieur d’une petite boule de pâte.
  • Cuire les boules dans de l’eau bouillante entre 5 à 10 minutes.
  • Tremper ensuite les boules dans le jus de coco.
  • Enfin, rouler les gâteaux dans la chair de coco râpée.

Déguster sans attendre!😜

Pour les parents séance de torture ou de bien-être, c’est selon … Papa opte pour un massage Thai traditionnel d’une heure et maman un mixte traditionnel puis massage à l’huile de coco. Pour le traditionnel, toutes les parties du corps y passent, sauf les parties intimes et le torse. C’est un massage très appuyé qui peut être parfois limite douloureux par moment quand le muscle est compressé. La masseuse se sert de ses jambes pour étirer les membres et gagner en puissance. Au final bonne expérience, surtout pour Sandrine qui adore les massages.

Jour 4 : Aujourd’hui, les conditions météos sont favorables pour aller visiter la grotte d’émeraude qui donne accès à un petit lagon secret, la curiosité touristique de l’île. (Pour regarder le lien du reportage échappées belles sur la grotte d’émeraude avec Dada cliquez ici ). 20 minutes sont nécessaires pour rejoindre la grotte, du port en bateau. Il faut y aller à marée basse pour que l’entrée se découvre. Arrivés sur place, nous ne voyons qu’un petit creux sur la falaise. L’un des deux pilotes nous accompagne car sans guide, la traversée dans la grotte est plus que risquée. On s’équipe tous d’un gilet de sauvetage et on saute tous dans l’eau avec un peu d’appréhension car la mer est formée et on ne voit pas bien par où passer. Angèle ayant un petit peu peur des vagues, s’est accrochée à une bouée lancée du bateau et tirée par le guide. On rentre dans la grotte et on se retrouve assez vite dans le noir. En voyant les premières lueurs du jour, nous soufflons un peu car ce n’est pas rien de nager dans les remous, bougés dans tous les sens dans l’obscurité et prêts à être plaqués contre la paroi ! Nous arrivons enfin au lagon qui servait jadis de cachette aux pirates.

Quelques photos puis nous repartons pour rejoindre le bateau. La mer monte et il ne faudrait pas se retrouver une dizaine d’heures coincé sur ce lagon, aussi beau soit-il ! Ouf, contents de retrouver le bateau ! Une expérience pleine d’adrénaline ! Sur le chemin du retour, nous essayons de faire du snorkeling mais l’eau est trop trouble. Alors c’est parti pour une série de plongeons en sautant du bateau ! Nous rentrons en fin de matinée au port.

Emeraude cave

Dernier succulent repas chez DADA et c’est l’heure des aurevoirs. Un bateau privatisé nous attend à 14h pour rejoindre la côte. Nous avons réservé un train pour 17h depuis TRAT. 14h c’est aussi l’heure que choisit la mousson pour s’inviter. On embarque déjà bien trempés avec des ouvriers de chantier et « SI », une des deux filles de DADA qui va nous accompagner jusqu’à BANGKOK. Depuis le début nous avons été jusqu’à 8 sur ce genre de bateau et là, nous sommes 12. Bien serrés sous la tonnelle pour s’abriter des trombes d’eau. La visibilité est très mauvaise, la mer se forme un peu et on ne voit plus la côte, ni rien d’autre d’ailleurs avec cette pluie ! Personne ne bronche sur le bateau. Ça n’a pas l’air de traumatiser le capitaine qui glisse entre les vagues en gardant son cap, sans boussole, radar ou smartphone. Après quelques minutes on fait face à la rive, qu’on longera jusqu’à l’embouchure du fleuve pour trouver le port où nous attend notre van. Le cap était presque bon …

On est bien trempé ainsi que nos sacs à dos. Célian découvrira le soir avec déception que toutes ses affaires sont bien humides à l’intérieur de son sac ! On va faire une pause bateau pendant quelques jours …

En 2004 le Tsunami est passé sur l’île occasionnant de nombreux dégâts. Ces bornes placées sur Ko Muk indiquent la hauteur d’eau.

5 réflexions sur “KO MUK

  1. Ça va donner envie d’y aller tout ça
    Cela a l’air bien sympathique
    Entre les balades. La cuisine, les massages, …
    C’est sûr là Thaïlande me disait depuis un moment mais là encore plus …
    On attend la suite avec impatience
    Famille Jérôme L

    J’aime

  2. Etape bien stressante. Entre l’accès au lagon en nageant dans le noir et le retour en bateau sous une pluie battante, il faut avoir le cœur accroché pour vous lire ! Bravo en tout cas à tous et merci pour les posts.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s